La Revue 164 : quelques mots

Une Revue spéciale mariage gay avec un constat général. Malgré le sentiment de victoire après le vote de la loi, le constat est amer. Et il traverse toutes les couches du milieu LGBT, donc on ne peut pas dire que c'est juste Minorités qui chipote dans son coin. Ce long mouvement n'aura pas provoqué l'émergence de nouveaux modes d'action et si de nouveaux leaders sont apparus et se sont fait connaître, c'est plutôt dans l'opposition. Donc trois textes pour se demander ce qui s'est passé.
Une Revue spéciale mariage gay avec un constat général. Malgré le sentiment de victoire après le vote de la loi, le constat est amer. Et il traverse toutes les couches du milieu LGBT, donc on ne peut pas dire que c'est juste Minorités qui chipote dans son coin. Ce long mouvement n'aura pas provoqué l'émergence de nouveaux modes d'action et si de nouveaux leaders sont apparus et se sont fait connaître, c'est plutôt dans l'opposition. Donc trois textes pour se demander ce qui s'est passé.

Perso, j'ai une idée assez précise de ce qui s'est passé. Le gouvernement Hollande n'avancera pas sur les droits des LGBT pendant ce nouveau quinquennat. OK, il y aura quelques petites amléliorations en France par rapport à ce que les pays voisins ont déjà mais la gauche au pouvoir ne pourra pas se permettre de relancer un mouvement d'opposition qui pourrait être trop dangereux pour elle et qui donne déjà une très mauvaise image de l'action présidentielle à l'étranger, en matière de savoir-faire stratégique. Donc adieu GPA et PMA, adieu coming-out, adieu inititiatives en faveur des LGBT aux Antilles ou ailleurs. De plus, la confusion générale autour de ce projet de loi aura permis de faire passer d'étrange mouvements d'influence, comme la passation silentieuse de pouvoir à Têtu et Yagg dont les détails ne sont révélés par personne. Une reconfiguration du mouvement gay et sida est en marche.

 

Richard Mémeteau va encore plus loin. Le marage gay n'aura pas permis de lancer une discussion sur ce que nous voulons vraiment, et ça ne se résume pas pas à davantage de droits dans une société capitaliste en crise. On nous invite à la table du consumérisme, comme si les LGBT n'y étaient pas déjà malgré les nombreuses personnes qui nous entourent qui sont dans la précarité. Et ceci a un rapport direct avec le débat actuel sur l'homonationalisme, qui risque d'être marginalisé ou carrément oublié, maintenant que les homonationalistes crient victoire et peuvent se marier en grande pompe.

 

Nicolas Johan LePort-Letexier se demande pourquoi la droite a été si agressive dans cette affaire. Réponse : parce qu'elle en a les moyens. Ces milliers de cathos tradis qui viennent manifester à Paris ont l'argent de se payer le TGV avec les 4 gosses pour transformer une manif en déferlante de couleurs roses et blanches. Et face à ça, la gauche a été en-dessus de tout car, à part Taubira, tout le monde est allé au conflit en pensant d'abord aux risques encouyus en termes de carrière personnelle. Pendant ce temps, les insultes et les manifs se sont multipliées et les groupes queer en province ont bien du mal à représenter un contre-pouvoir efficace, surtout quand les médias ne parlent pas beaucoup d'eux. 


Didier Lestrade

Imprimer

Enregistrer en PDF

Partager sur facebook

Partager cette article sur TwitterPartager sur Twitter

Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter