La Revue 162 : quelques mots

Les pays voisins de la France se demandent ce qu'il se passe dans notre joli pays. C'est quoi ce bazar sur le mariage gay? C'est quoi ce bazar avec Cahuzac? C'est quoi ce bazar avec les tabassages de pédés? Réponse : c'est ce qui se passe quand on a une justice à deux vitesses et que le PS au pouvoir ne parvient pas à corriger le blocage du pays, parce que le PS est un parti de nantis qui se croient au-dessus de la loi. Certains militants LGBT se rassurent en secret : le vote de la loi sur la mariage arrivera avant les vacances d'été, les LGBT pourront se marrier, Hollande pourra partir en vacances, notre minorité aura servi à la grande tambouille de la politique.
Les pays voisins de la France se demandent ce qu'il se passe dans notre joli pays. C'est quoi ce bazar sur le mariage gay? C'est quoi ce bazar avec Cahuzac? C'est quoi ce bazar avec les tabassages de pédés? Réponse : c'est ce qui se passe quand on a une justice à deux vitesses et que le PS au pouvoir ne parvient pas à corriger le blocage du pays, parce que le PS est un parti de nantis qui se croient au-dessus de la loi. Certains militants LGBT se rassurent en secret : le vote de la loi sur la mariage arrivera avant les vacances d'été, les LGBT pourront se marrier, Hollande pourra partir en vacances, notre minorité aura servi à la grande tambouille de la politique.

Mais le prix à payer ne cesse de grandir avec les jours et les semaines. Ce qu'il faut avaler pour avoir une loi qui aurait du être adoptée il y a déjà si longtemps! Et les divisions au sein du mouvement LGBT ne cessent de grandir à un moment où, précisément, la loi du mariage pour tous devrait rassembler tout le monde. Thierry Schaffauser illustre ce fossé en soulignant l'intransigeance de certaines féministes face aux travailleurs du sexe. Ce n'est plus les "féministes et le garçon arabe", c'est aussi les "féministes contre le garçon transpédégouine". Au lieu de travailler à des ententes politiques transversales, les féministes s'opposent à celles et ceux qui se battent pour utiliser leur corps en toute liberté. Cette divergence va probablement influencer les prochains textes de loi sur la prostitution en France. On y reviendra.

 

J'ai reçu un long texte de Samuel Somen-Weller qui m'a bloqué pendant plus d'une semaine. Je le trouvais tellement bien que je ne savais pas quoi en faire. Vous connaissez le truc quand vous recevez un mail que vous apréciez tellement que vous ne savez pas comment y répondre? Les jours passent et vous ne dites rien, et ça ressemble de plus en plus à une désaprobation de votre part alors que vous essayez juste d'assimiler le message. Samuel était à Act Up à un moment important d'Act Up. Il ne parlait pas beaucoup mais quand il disait quelque chose, il y avait le silence dans la salle. On savait que s'il ne parlait pas souvent, son esprit était celui de quelqu'un qui bouillonait à l'intérieur et son humour froid le rendait incroyablement sexy. On voit ces moments de fulgurance quand il sort une phrase drôle comme "J'allais pas attendre d'être à la retraite pour faire un fist fucking" ou "Ça a développé mon humour noir sur la mort ou la maladie, qui est très bien compris par les séropos ou dans ma famille mais moins bien par les cancéreux". C'est du total Samuel.

 

Ce texte est fabuleux car il a fallu corriger quelques fautes tout en laisant d'autres bien visibles pour garder la sincérité du flow et la divagation mentale d'une confesion qui va dans plein de directions. Prévention, activisme, coming-out, séropositivité, militantisme, famille, suivide, trauma, beaucoup de thèmes sur lesquels, politiquement, on n'est pas d'accord mais on s'en fout quand la trame est celle d'une conscience politique qui semble bien lointaine aujourd'hui. Il a fallu toutes ces années à Samuel pour qu'il se livre sur ces sujets qu'il n'abordait pas souvent à Act Up. Enfin, de son point de vue perso.

 

C'est pourquoi, même si ce texte n'est pas lu par des masses de personnes (il est effectivement long, en deux parties), on est super contents de le publier. Ca veut dire que Minorités inspire la confiance nécessaire à une telle confession.


Didier Lestrade

Imprimer

Enregistrer en PDF

Partager sur facebook

Partager cette article sur TwitterPartager sur Twitter

Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter