Les Brèves RSS En continu
Dernière mise à jour : dimanche 17 juin 2012 - 11:38

I don’t know how to find you (e)

EXCLUdimanche 17 juin 2012 - 11:38 - CEST
I remember a discussion, thirty years ago at a dinner party in Cambridge. Someone mentioned something they had seen on TV and one of the guests surprised and intrigued us all by saying that he didn’t even have a television. A discussion about the advantages and disadvantages of having TV ensued, and after half an hour of friendly debate, a surprising conclusion was reached. We would all, without exception, be happy to get rid of our televisions, but only if everyone else did. 

Je ne sais pas comment te trouver (f)

EXCLUdimanche 17 juin 2012 - 11:33 - CEST
Je me souviens d'une discussion, il y a trente ans lors d'un dîner à Cambridge. Quelqu'un a mentionné quelque chose qu'il avait vu à la télévision et l'un des invités nous a surpris en disant qu'il n'avait même pas un poste de télévision. Une discussion a suivi sur les avantages et les inconvénients d'avoir la télévision et après une demi-heure de débat amical, nous en sommes venus à une conclusion surprenante. Nous serions tous heureux, sans exception, de nous débarrasser de nos téléviseurs - mais seulement si tout le monde fait.  

Lots of Love (LOL)

EXCLUsamedi 16 juin 2012 - 14:02 - CEST
Il y a tellement de choses que je suis incapable de faire. C’est une lubie chez moi. Comme une liste que je mets à jour sans cesse. Par exemple, je ne suis pas encore capable de faire mon coming-out. J’ai essayé la semaine dernière, j’étais chez mes parents, je me sentais bien et fier de moi. J’avais juste envie de le dire simplement sans faire l’intéressant.  

La Revue 132 : quelques mots

EDITOlundi 11 juin 2012 - 13:33 - CEST
En regardant sur Google, j'ai réalisé, mais je m'en doutais un peu, qu'il y avait très peu de choses, finalement, sur la solitude gay. On est tous là à bramer, filles et garçons, sur l'extrême fragilité de notre vie amoureuse et surtout du vide qui s'en empare, mais pas besef de livres, pas besef d'articles, pas besef de témoignages. Car on le sait tous : dans les lieux gays ou sur Internet, on doit se montrer en béton armé pour pécho. Vous allez dans le Marais, si vous n'êtes pas capabe de tenir face à cette dureté de la drague où on vous jette comme un chien - et encore son chien on le promotionne sur FB... On est dans une communauté qui est sensée nous offrir une protection, mais ce que vous devez prendre avant de sortir, c'est surtout une couverture de survie.

La Revue 131 : quelques mots

EDITOlundi 11 juin 2012 - 12:48 - CEST
Une des choses qui fascine le plus les observateurs de l'actualité et de la politique, c'est à quel point le turn over incessant de news nous fait oublier ce qui s'est passé... il y a 3 mois. Quand je lis des vieux numéros  de journeaux chez moi, je suis épaté de voir que la situation actuelle a été totalement prévue et décrite par un journaliste quelque part, c'est un peu comme un de ces chroniqueurs du New York Times qui disait, il y a un an et demi : "Le sujet n'est pas de savoir si la Grèce va faire faillite, mais comment elle va le faire et si ça va se remarquer". Nous en sommes en plein, et visiblement la faillite de la Grèce se remarque BEAUCOUP.

La Revue 130 : quelques mots

EDITOjeudi 31 mai 2012 - 13:12 - CEST
"I am sooooo bored with French politics!" m'a sorti un ami l'autre jour. "Bienvenue!" lui ai-je répondu. On se demande comment tout ce monde persiste à commenter l'actalité française sur Twitter, il vaudrait mieux s'échanger des recettes de crumble. Donc la semaine dernière,Minorités a regardé ailleurs.

Souhail Chichah, un homme à défendre

EXCLUlundi 21 mai 2012 - 17:32 - CEST
  Il y a quelque chose qui nous détruit quand on voit un homme ou une femme injustement rejeté(e) pour ses convictions politiques et que cette vie est menacée à travers des accusations injustement formulées. On pourrait faire un club réservé à ces personnalités que tout le monde veut attaquer et qui passent des années à tenter de sortir du piège que l'on a créé juste pour eux, une fosse dans laquelle tombent la carrière, la famille, les amis, les rêves. On y mettrait les plus célèbres, les Hessel et Quatremer, mais aussi les moins connus, comme tous ceux qui sont punis parce qu'ils refusent de vendre leur cul à ceux qui ont l'argent et qui asservissent la société à travers leur mécénat ou leurs réseaux.  

La Revue 129 : quelques mots

EDITOlundi 21 mai 2012 - 15:39 - CEST
Nous sommes en train de pénétrer dans une intense période de rehab politique. Après des mois de campagne présidentielle, une nouvelle majorité, des législatives à venir et des vacances toujours plus fauchées pour cet été, les gens commencent en avoir marre de la politique et qui pourrait leur jeter la pierre? On en a marre nous aussi. Si Hollande est malin, il cherchera à nous endormir avec sa France apaisée, c'est pourquoi Minorités a tenu à mettre les points sur les i avant qu'on ne s'effondre tous par pur ennui.

La Revue 128 : quelques mots

EDITOmardi 08 mai 2012 - 12:28 - CEST
Si les premiers mots de François Hollande mettent l'accent sur la justice et surtout sur les jeunes, alors Minorités aura beaucoup de choses à dire dans les mois qui viennent, car c'est une bonne nouvelle. Il n'empêche qu'avec des hommes comme Valls et DSK, nous aurons sûrement matière à rigolade aussi et ça... On sait ce que ça veut dire.

Merah, text and context

EXCLUsamedi 05 mai 2012 - 10:17 - CEST
  In a frenzy of sadism and racism, Mohammed Merah is (always maintaining a presumption of innocence) said to have killed seven people, including - all of them Jewish - a little girl and two little boys, in the name of the Palestinian children killed in the West Bank by the State of Israel. No claim can justify the murders in Toulouse and Montauban, but is that a reason to cover them up, as if we were dealing with a taboo or something which is well understood and has been sorted out already? The Israeli/Palestinian conflict is not understood, nor has it been sorted out. Is it a taboo? It is worrying that there has been no public debate which might throw light on how this issue might echo in the disturbed mind of a young Frenchman of Algerian origin, especially as France has refused to commemorate the fiftieth anniversary of the end of the Algerian conflict. No doubt it wants to avoid any publicity for the sadistic, racist crimes which it itself committed during this conflict. Nor does it want to draw attention to the lessons it subsequently drew concerning the world-wide promotion of torture. However painful or delicate it may be, public debate is the only enduring and truly civilized way of preventing physical violence bursting out into public life.
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter