94
— Európa
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy

L'Europe est malade, l'euro est menacé, et on en profite de la pause estivale pour se demander où ça cloche. On commence par la suite de notre série sur la Norvège avec un texte de notre petit nouveau à Minorités, Shahin Vallée, on enchaîne sur le troisième épisode de la « Mortgage Story » de Madjid Ben Chikh — qui se passe aux États-Unis mais dont les conséquences se font sentir aujourd'hui même en Europe — et on finit avec la deuxième partie du texte de Stéphane Trieulet sur Berlin, aka Berolina, aka Berlin-Cölln, aka Welthauptstadt Germania, aka Bundeshauptstadt. Ceux qui ont tout de suite vu que le titre de la Revue est en hongrois ont gagné, bravo vous êtes de bons Européens.  

barre de séparation

Vaincre la crise identitaire Européenne

par Shahin Vallée - Dimanche 07 août 2011

Le massacre de la semaine dernière commis par Anders Behring, un jeune Norvégien qui voulait ainsi libérer l’Europe de la domination musulmane et l’assassinat de Theo Van Gogh, par Mohamed Bouyeri, un jeune Néerlandais en quête autoproclamée d’un djihad vengeur, ne sont pas des crimes isolés commis par des âmes perdues désocialisées. Ce sont les deux faces d’une même pièce, ce sont les expressions violentes et visibles du même malaise identitaire européen. Ce trouble identitaire si profond qu’il est devenu inexprimable, sinon par la violence des actes et des mots, n’épargne aucun pays ; il traverse et unifie notre continent des îles scandinaves à Lampedusa et de Gibraltar à Bucarest. Cette fissure interne de la culture politique européenne, tant revendiquée pourtant, ne prend pas toujours un tour si tragique. Cependant, cet épisode douloureux ne fait que révéler la partie émergée d’un mal muet, à la source de frustrations et de traumatismes, qui traverse tous les pays du vieux continent. 

[Lire la suite]

barre de séparation

Mortage Story (3): Et puis, en 2005

par Madjid Ben Chikh - Dimanche 07 août 2011

[Lire l'intro ou la 2e partie]  Susan a un problème. Depuis quelques mois, les clients comme Stewart et Pamela, il n'y en a plus beaucoup. Encore les a t-elle trouvés, ces deux-là, parce qu'elle  a négocié l'exclusivité de la résidence. Mais pour tout dire, en cette année 2005, ni les classes moyennes, ni les plus aisés n'ont envie d'acheter: c'est bon, ils ont investi depuis longtemps, ils préfèrent désormais profiter des baisses d'impôt de Georges Bush pour faire une nouvelle piscine, agrandir le parking, acheter une nouvelle voiture. C'est Peter, avec Fantastic Loans Financial, qui se régale: il vend des crédits complémentaires basés sur la nouvelle valeur hypothécaire de la maison, qui a augmenté. À eux piscine, voiture...  

[Lire la suite]

barre de séparation

Berlin Stories (2)

par Stéphane Trieulet - Dimanche 07 août 2011

Bien évidemment que sur l’instant, je n’ai pas pensé à Proust ! Mais ce n’est pas nécessaire d’avoir le réflexe, la référence au bon moment, pour avoir intégré le savoir venu de vieilles lectures. L’autre, il avait fait des pages et des pages non seulement sur le coucher, mais pour ceux qui n’en avaient pas assez, sur le réveil. Le réveil. Ayant buté plus d’une fois sur ces passages, ce sentiment de parfaite désorientation qui vient lorsqu’on ouvre les yeux n’avait plus grand mystère pour moi. C’était un élément intégré dans la routine matinale comme la première cigarette, le premier café et les voix dans la radio. Peut-être était-ce tout simplement de m'être trop longtemps réveillé dans des lits étrangers qui faisait qu’aujourd’hui les réveils ne me troublaient plus. Et le seul mystère en ces matins-là, anciens, c’était finalement le prénom de l’homme couché près de moi. Même plus de m'éveiller encore fois dans une chambre sans livres. Alors allez savoir, l’art ou là vie, la littérature ou les expériences…   

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter