85
— Pathologique
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

On ne peut pas faire que des revues drôles non plus, alors on a donc opté cette semaine pour une revue pathologique. On commence avec un texte de Didier Lestrade sur Google et l'outing, on continue avec un texte très informé sur les séropositifs nuisibles par Vindent Trybou, puis un autre de Tiphaine Bressin sur le viol, et, hors-revue, on finit avec un hommage de Didier Lestrade à un ami bipolaire mort il y a deux ans. Pathologique, on vous dit.

barre de séparation

Google, le meilleur ami de l'outing

par Didier Lestrade - Dimanche 05 juin 2011

Donc Le Monde a publié le 15 février dernier un article sur les Français qui semblent être obsédés à l’idée de savoir quelles sont les personnalités juives du pays. Il suffit d’aller sur Google et de taper le nom de telle ou telle personnalité, politique ou pas, et de voir quel est le premier référencement qui apparaît à côté de ce nom. Un autre article du Nouvel Obs signalait que les Français ont l’air de s’intéresser à d’autres questions curieuses assez proches.

[Lire la suite]

barre de séparation

Séropositifs acceptables ou séropositifs nuisibles?

par Vincent Trybou - Dimanche 05 juin 2011

Les personnes souffrant d’un trouble psychique sont considérées comme une population extrêmement à risque de contracter le virus du sida, le plus souvent à cause de leur pathologie psy qui les pousse à avoir des comportements risqués malgré elles: coucher sans préservatif, prendre de l’alcool ou des drogues… Ceci est un fait avéré sur lequel l’Organisation Mondiale de la Santé a déjà exprimé sa plus vive inquiétude dans le rapport du 20 novembre 2008. Cela semble évident pour beaucoup de personnes, et étrangement reste inenvisageable pour certains acteurs de la lutte contre le sida. Retour sur ces des oubliés du sida, ou plus clairement ces « nuisibles » du sida.

[Lire la suite]

barre de séparation

Viol masculin vs viol féminin

par Tiphaine Bressin - Dimanche 29 mai 2011

Le viol fait peur, rien que le mot. Le mot victime aussi — qui veut être une victime ? — personne. Pourtant, le viol est loin d’être abstrait. En France, ce sont 75.000 femmes par an qui sont violées, soit 93% des victimes. Ce qui nous laisse donc 7% de violés, 5.600 hommes. Le viol entraîne à sa suite un grand nombre de clichés, tous faux et tenaces.

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter