83
— Mise à nu
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy

Difficile de ne pas parler de DSK dans cette revue spéciale « Mise à nu ». Pas seulement de la nudité new-yorkaise de notre homme tout puissant sans lequel on va devoir apprendre à vivre, pauvres de nous, mais de celle des privilèges et responsabilités associées au pouvoir et à la fortune. La mise à nu, publique, commence avec Laurent Chambon qui ne peut pas s'empêcher de voir un parallèle quasi-révolutionnaire entre New York, Madrid et Rabat ; elle continue avec Pierre-Jean Chiarelli qui s'étonne que tant de « grands hommes » tombent si bas, si vite, si rapidement ; et elle finit avec Didier Lestrade qui donne la fessée finale sur la question du sida qu'aurait filé la vilaine Africaine à notre saint sauveur. À nu aussi façon bareback, donc. Comme on regrettait que cette revue ne soit pas le numéro 99 —cela aurait été tellement plus imagé— nous avons sélectionné la photo de Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy la plus câline du lot.  

barre de séparation

NYC Madrid Rabat Fukushima — La fin d'un monde

par Laurent Chambon - Dimanche 22 mai 2011

Le mois de mai aura été intéressant côté actualités, avec des séquences qui se succèdent dans les médias comme s'il y avait un grand dessein. Ces actualités sont d'ailleurs joyeusement commentées sur internet : les révolutions arabes continuent, Fukushima est plus radioactif que ce qu’on nous avait dit, DSK pris la nouille dans la bouche du petit personnel, Fukushima encore, un complot contre DSK, CSI inspecte la moquette, les révolutions arabes continuent, DSK démissionne du FMI mais Lagarde s’y voit déjà, l’Europe du Nord ne veut pas raquer pour la Grèce, les jeunes Espagnols protestent, le Maroc en ébullition... Tout cela pue les sursauts d'un pouvoir angoissé et autodestructeur.

[Lire la suite]

barre de séparation

La chute en série des hommes infâmes

par Pierre-Jean Chiarelli - Dimanche 22 mai 2011

Ce que montrent les images de la mondialisation ces temps-ci, ce sont les conséquences physiques de la chute du pouvoir sur des hommes. Un dépouillement intégral, une régression absolue, une métamorphose soudaine qui transforme une silhouette triomphante en un corps rabougri et recroquevillé sur lui-même. Un défilé de visages effarés, incrédules, des êtres en proie à une sorte d’affolement de chien perdu. Un accablement qui les laisse exsangues, mutiques et paralysés devant des caméras tremblotantes. Ils n’en reviennent pas de ce qui leur arrive, et nous non plus. Les choses s’accélèrent à un rythme qui fige le sens critique. De Ben Ali à Moubarak, des Gbagbo à Kadhafi (qui tient le coup, le bédouin est coriace), et de Ben Laden à DSK, on aura jamais eu le temps de digérer, de prendre la mesure de ces effondrements. Toutes ces dégringolades d’hommes les plus riches, les plus puissants ou les plus malfaisants du monde en même pas six mois…

[Lire la suite]

barre de séparation

DSK et le VIH

par Didier Lestrade - Dimanche 22 mai 2011

Ah DSK. La gauche qui perd (encore) en 2012, le PS toujours aussi coincé par la langue de bois d’Harlem Désir. Sarko qui exulte et qui attend un mioche. Le FMI décapité. La Grèce en défaut de paiement. L’euro qui vacille, le Portugal qui attend, puis l’Espagne avec des manifs à la Printemps du Jasmin, et tout ce qui peut arriver encore qu’on ne voit pas venir. DSK est une crise mondiale à lui seul.

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter