60
— Contes et légendes
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

Certaines Revues de Minorités se font toutes seules. Les contributions sont proposées naturellement et nous les acceptons sur le champ. Et pour cette soixantième édition, Minorités plonge dans les contes et les récits de l'Orient, du Maghreb et du Sud des États-Unis. C'est un cadeau littéraire que nous vous adressons et qui aborde les questions de races et de religion sous des angles différents, mais ensorcelés par la magie du partage oral. « Un conte populaire » de François Vergne est une nouvelle inédite, douloureuse et belle, qui devait rejoindre un recueil de textes consacrés au Maroc mais qui n'a pas été retenue. Souhil Houssan récidive après son éblouissante « Doubaï et la pleine lune » du mois de février dernier et nous raconte ses vacances en Algérie — mais beaucoup plus encore. Et enfin, nous sommes heureux de suivre les conseils de Gwyneth Bison qui nous a trouvés quatre extraits du livre de Studs Terkel, Race — Histoires orales d'une obsession américaine, publié aux Éditions Amsterdam. La suite demain lundi, jusqu'à mercredi. La plus belle Revue de Minorités depuis longtemps.  

barre de séparation

Un conte populaire

par François Vergne - Samedi 11 décembre 2010

Une vieille vivait avec sa petite fille dans une pièce minuscule bâtie de matériaux de fortune sur la terrasse d’un des plus grands hôtels de la ville de Larache. C’était une ancienne chambre que le père de l’actuel patron de l’hôtel avait fait construire pour lui car, de son enfance passée dans la montagne, il avait gardé l’habitude de dormir le plus près possible du ciel. 

[Lire la suite]

barre de séparation

En Algérie, on ne connait pas les magasins Leclerc

par Souhil Houssan - Samedi 11 décembre 2010

Ce qui frappe du nord au sud, d’est en ouest, c’est l’immensité de la nature algérienne. En regardant la carte géographique du pays, on note que le pays est ouvert de partout. Tout ce qui l’entoure et lui permettrait de s’aérer, de se dynamiser et de consolider son marché à l’international le coince plus qu’autre chose. Comme s’il ne savait pas utiliser cette diversité, cette richesse. Ce qui est bien décevant. Ainsi, à gauche, à droite, en bas, en haut — ah en haut. La Méditerranée et puis la France.

[Lire la suite]

barre de séparation

« Race » de Studs Terkel (1)

par Gwyneth Bison - Samedi 11 décembre 2010

Chers amis, pour une fois, je vais la faire courte. J'ai découvert Race de Studs Terkel par hasard, grâce à mon amie thésarde, Miss Pennywinckle, qui hante surtout la B.N.F en ce moment. Un soir, exceptionnellement, elle est sortie et on a été voir une présentation de ce bouquin dans la libraire L'Atelier et là, j'ai rencontré Jo Jonie, une star montante du psycho-billy-féminin qui bosse aussi chez Amsterdam, la maison d'édition qui publie Race. La présentation du bouquin était très cool, relax, pas du tout affreusement-chiante comme je m'y attendais. On a bu du vin blanc, mangé des crackers, discuté, ils (les éditeurs) nous ont un peu parlé du truc et j'en ai profité pour acheter le livre. Quand je dis pas-du-tout-affreusement-chiant, je veux dire, le sujet, c'est quand même : Comment blancs et noirs se sentent face à l'obsession américaine de la race ? Donc bon. 

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter