57
— Alors, heureux ?
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

La Revue 57 porte sur le bonheur. Ou son absence, en fait. Le bonheur, c'est quand même le souhait de tout parent pour ses enfants. C'est quand même bizarre que ce ne soit pas la base de nos programmes politiques. Une grande partie de cette Revue se focalise sur le bonheur gay parce que son absence est véritablement criante, quatre décennies après Stonewall, alors que sa cause est connue. D'abord l'équation paradoxale de Didier Lestrade: gay ≠ heureux. Ensuite un texte très politique de Laurent Chambon sur l'échec des élites françaises (en particulier LGBT) sur la question du bonheur et de l'éducation. Et enfin une étude quasiment ethnographique de Nick Alexander (en français et en anglais) sur les pédés français et leur propension au malheur. Enfin, en cadeau spécial hors-revue, l'interview d'Alan Downs (en français et en anglais) auteur d'un livre essentiel sur la question et la version hétéro geek de la recherche du bonheur par Babozor-le-barbu. 

barre de séparation

Gay et heureux : une contradiction?

par Didier Lestrade - Dimanche 21 novembre 2010

Être heureux quand on est gay ou hétéro, c’est si compliqué que ça ? Et si ça l’est, pourquoi en parlons-nous si peu ? Faut-il donc penser que nous ne pourrons nous considérer totalement heureux que lorsque les revendications LGBT seront atteintes ? Un dossier du magazine gay anglais Attitude a abordé le sujet en premier. Pourquoi les gays s’affirment-ils si malheureux et pourquoi tombent-ils de plus en plus dans des systèmes de dépendance ?

[Lire la suite]

barre de séparation

L'échec radical des élites politiques en général et de l'élite LGBT en particulier

par Laurent Chambon - Dimanche 21 novembre 2010

Les élites françaises essayent de justifier leurs privilèges et leur arrivisme en faisant semblant de lutter pour notre bonheur. Sans trop de succès. Les élites LGBT sont pire encore, poussant mollement la question du mariage et de l’adoption, mais aussi celle de l’homophobie. Pour elles, le mariage ça serait bien avant 2025, l’homophobie c’est très très mal, surtout en banlieue. Son opposition la plus crédible pense que le combat le plus urgent est la lutte contre le sida, les taux de contamination explosant littéralement chez les gays occidentaux. Didier Lestrade a raison sur ce point, mais je pense qu’il faut aller encore plus loin: le vrai combat est celui du bonheur. Le sida, le mariage ou l’homophobie ne sont que des sujet découlant du manque de bonheur, pas sa cause.  

[Lire la suite]

barre de séparation

La grande conspiration du malheur

par Nick Alexander - Dimanche 21 novembre 2010

Est-ce-que les homos ont un problème avec le bonheur ? En tant que célibataire à la recherche d’un partenaire équilibré et stable, je pense que ma dernière rencontre explique presque tout. Un mec me branche sur Internet. On va l’appeler J. Il habite à cinq heures de chez moi, donc je ne suis pas du tout convaincu qu’il ne s’agise pas d’un délire comme un autre. Mais J persiste. Il me parle sur le chat régulièrement pendant deux semaines avant de passer aux discussions au téléphone. Il dit qu’il n’y a rien pour les homos dans la petite ville où il habite. Il raconte que malgré le fait de se se savoir gay, il s’est marié jeune. C’est seulement maintenant, à quarante ans, qu’il a trouvé le courage de sortir du placard, de divorcer et de faire son coming-out. 

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter