47
— Smell The Coffee
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

La Revue 47 s'appelle « Smell The Coffee ». Parce que c'est la rentrée, mais parce qu'il est temps qu'on se réveille. Patrick Thévenin se demande pourquoi personne ne parle du plan « mariage occulte » entre Banier et Bettencourt, pourtant essentiel pour comprendre l'histoire. Pierre-Jean Chiarelli nous interpelle sur la masse (littéralement) d'Américains obèses, même à New York. Louise Culot nous rappelle qu'on doit être Turc ou homo en Allemagne, et pas les deux. Enfin, en cadeau de rentrée, Didier Lestrade ne comprend pas pourquoi le petit monde du sida n'a pas démissionné en masse après les derniers chiffres officiels du nombre de personnes contaminées. Donc voilà, smell the coffee.

barre de séparation

Affaire Banier : cherchez la folle

par Patrick Thévenin - Dimanche 12 septembre 2010

S’il y a bien un sujet sur lequel la presse française a été exemplaire en matière d’homophobie, c’est l’affaire du panier très rempli de François Marie Banier. En effet, il est amusant de relever avec quelles pincettes on a évoqué l’homosexualité du personnage central de l’intrigue. Évoquant son ex, l’acteur Pascal Greggory, ou son actuel, le photographe Martin d’Orgeval, la presse a utilisé des termes vagues comme « compagnons » ou des « protégés ». Mieux, en évoquant la relation qui unissait Greggory et d’Orgeval, on a utilisé, sans ciller, le mot « neveu » ! Après de longues semaines, seul Paris-Match a choisi le mot homosexuel, c’est dire si les précautions d’usage ont été respectées. 

[Lire la suite]

barre de séparation

New York Stories (4)

par Pierre-Jean Chiarelli - Mardi 07 septembre 2010

72.500.000. Soixante-douze millions et demi. C’est, mesdames, messieurs, le nombre actuel d’obèses américains. Près d’un tiers de la population totale de la plus grande puissance de tous les temps. Les ados touchés ont une espérance de vie inférieure à celle de leurs parents. Voilà. La planète, en plus des guerres et du changement climatique, doit maintenant supporter le poids de ces millions de patapoufs déprimés, léthargiques ou triomphants.  

[Lire la suite]

barre de séparation

T'es Turc ou t'es homo?

par Louise Culot - Samedi 11 septembre 2010

En Allemagne, un Turc homosexuel n'est pas vraiment un Turc. Ou bien t'es Turc, ou bien t'es homo, il faut choisir. Le Turc est viril, dragueur, bat sa femme et pue la transpiration et l'ail ; aux antipodes du gay maniéré et plutôt bourgeois. Les clichés sont incompatibles. Par contre, si le Turc devient gay, les préjugés tombent, s'annulent, les pistes se brouillent, souvent en faveur du gay. Une drôle d'équation : un moins (le Turc) + un moins (le gay) =  un plus (le Turc homo donc intégré).   

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter