43
— Musique
Photo de Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

Pourquoi la musique nous gonfle

par Laurent Chambon - Lundi 05 juillet 2010

Alors qu’il y a encore dix ans je sortais plusieurs fois par mois pour aller danser, ces dernières années mes sorties se sont ralenties. Non pas parce que je suis marié ou que j’ai vieilli (même si c’est vrai qu’on récupère moins bien à 38 ans qu’à 22 et qu’on est moins motivé quand on est casé), mais parce que la musique me gonfle. Sérieusement. Je pensais être devenu une Bitter Queen quand je me suis rendu compte que je n’étais pas le seul, et que de plus en plus de jeunes ne veulent plus aller danser non plus. Même les pédés les plus fêtards se plaignent: non seulement avec l’interdiction du tabac on doit supporter l’odeur corporelle des gens, mais surtout les DJs arrivent à vous ennuyer même quand vous prenez de la drogue (et croyez-moi, à Amsterdam, certaines folles prennent vraiment beaucoup de drogue). Alors?

[Lire la suite]

barre de séparation

Burnin and lootin en Jamaïque

par Peggy Pierrot - Lundi 05 juillet 2010

La culture Jamaïcaine a influencé durablement la musique populaire mondiale depuis les années 50. Du calypso au ska, du reggae roots aux premières heures du hip hop, du punk au dubstep à l'électro minimale, son ombre plane, basses en avant : le DJ et le MC sont des inventions jamaïcaines, les sound-system, le rude-boy et la culture skin aussi. Pourtant, c'est une image tronquée de l'île et de ses habitants qui demeure dans les esprits internationaux. Influencée par une méconnaissance de l'histoire contemporaine de l'île, il ne reste dans les têtes que la réinterprétation à l'occidentale de la figure du rasta, une sorte de versant moderne du bon sauvage cool et universaliste, version fumeur de joints. Plongée en plusieurs parties dans la culture musicale et la politique de l’ancienne île boucanière. Article écrit avec Grégory Pierrot [1].

[Lire la suite]

barre de séparation

Le spectacle vivant a tué la house

par Didier Lestrade - Dimanche 04 juillet 2010

Il y avait un article intéressant dans le NYT, le 22 mai dernier, qui racontait que dans les grands concerts de rock aujourd’hui, on peut tout acheter. Vous voulez une photo en compagnie de Christina Aguillera ? C’est 800 dollars. Vous voulez être devant la scène pour Bon Jovi ? C’est 1750 dollars et vous pouvez rentrer à la maison avec la méchante chaise en métal noir qui porte un méchant logo sur le rabat qui n’est en fait qu’un méchant sticker. Et l’article de finir avec cette étrange présentation des concerts pour artistes 360° (U2, Madonna, Jay-Z) : il y a des gens qui ont beaucoup de fric, pour qui 2000 dollars pour un concert, c’est pas beaucoup, donc autant en profiter.

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter