187
— Where We Are
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

Cette semaine, une revue en forme de bilan, tout d'abord avec une longue interview de l'artiste AA Bronson par Vincent Simon, ensuite un texte de Sandre sur les langues minoritaires en France en 2014, et enfin avec Richard Mèmeteau qui se penche un peu sur la bataille du genre et des anti-mariage. Where we are right now, donc. ♫ Swollen

barre de séparation

Les nombreuses vies de AA Bronson

par Vincent Simon - Lundi 24 février 2014

J’ai rencontré AA Bronson en 2010 lorsque je l’ai invité à créer le premier numéro du magazine Gayhouse, un magazine gay indé en forme de collection de projets d’artistes. Cette invitation était motivée par quelques images issues de l’œuvre de General Idea, dont il fut un des membres, le magazine FILE et les Imagevirus, déclinaison sur tous supports du LOVE de Robert Indiana transformé en AIDS en 1987, et par l’anthologie Queer Zines, que je venais de découvrir et qui me révélait en AA un parrain de l’édition queer indépendante. Nous n’avons cessé de discuter depuis – d’art, de sida, d’homosexualité, de spiritualité, de pédagogie, d’amitié, d’amour. Cette conversation est la troisième éditée en quatre ans, une sorte de rituel.

[Lire la suite]

barre de séparation

Les langues minoritaires en 2014

par Sandre — - Lundi 24 février 2014

Oui, ne plus lire des textes qui me font refléchir comme sur Minorités, ça va me manquer. C'est sûr, ça fait déjà trois ans que l'article que je vais finir d'écrire traîne sur mon ordinateur, et que je le retouche de temps en temps. J'aime trouver sur ce site un croisement entre des questions qui sont les miennes, et les avis de personnes qui m'amènent plus loin. Je suis content de savoir que s'exprimer dans une langue et une culture minoritaire en France, peuvent être considérées par d'autres comme une expérience sociale valide. J'ai souvent trouvé qu'être gay, qu'être occitan, c'était un peu la même histoire.

[Lire la suite]

barre de séparation

La bataille du genre et des anti-mariage

par Richard Mèmeteau - Lundi 24 février 2014

Une théorie n’a pas mille occasions d’être connue et défendue. Les anti-mariage ont réussi à pourrir le climat de réception du concept de genre à tel point que tous ceux qui l’étudient sont presque coupables de ne pas avoir protesté de façon plus cohérente. Ce qui est en train de passer sous le nez des universitaires est tout simplement la possibilité de faire connaître leurs recherches et de les justifier auprès du grand public. Leur défense en deux temps du concept de genre a été catastrophique… 

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter