173
— Sound Art
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

Cette semaine, ni Fukushima, ni Marine Le Pen, ni Républicains. Une revue spécial musique (toonkunst en néerlandais, ou « art du son », d'où le titre de cette revue) avec Madonna, Public Ennemy et la culture de club. Un flashback érudit sur la musique d'il y a une génération, pour comprendre le recyclage (pillage ? fraude ?) de la génération actuelle. Au clavier : Didier Lestrade, Essemi Mevegue et Thiphaine Bressin. ♫ Come Into My Head

barre de séparation

Madonna, les blacks et les basques

par Didier Lestrade - Dimanche 13 octobre 2013

La rumeur, le mythe ou les faits racontent que Madonna a rencontré le trio de chanteurs basques Kalakan lors de son anniversaire, pendant des vacances à Bayonne, il y a deux ans. Les personnes bien intentionnées qui se sont occupées de Madonna lui auraient fait découvrir ce groupe qui est un des vecteurs du revival de la culture basque, particulièrement dans la redécouverte d'un instrument presque oublié, la Txalaparta, qui ressemble à quelques planches de bois sur lesquelles on tape avec des pilons. Madonna a tout de suite compris la beauté de ces chants et l'aspect visuel et sonore de l'ensemble. Elle a choisi ce groupe pour l'inclure dans sa tournée MDNA.

[Lire la suite]

barre de séparation

Public Enemy, le plus grand groupe de l'histoire du rap

par Essimi Mevegue - Lundi 14 octobre 2013

Au printemps dernier, intronisé par l’activiste/chanteur Harry Belafonte et le réalisateur Spike Lee au Nokia Theatre de Los Angeles (1), Public Enemy a fait son entrée au Rock And Roll Hall Of Fame. Composé de Chuck D (Carlton Ridenhour), Flavor Flav (William Drayton), Professor Griff (Richard Griffin), Terminator X (Norman Roger) et de la SW1 (The Security of the First World), Public Enemy a introduit le discours politique dans le rap américain en centrant son message sur les préoccupations sociales et politiques de la communauté noire. Retour sur plus de 25 ans de carrière de l’un des groupes les plus subversifs de l’histoire de la musique.

[Lire la suite]

barre de séparation

Culture club de Now

par Tiphaine Bressin - Mardi 15 octobre 2013

Alors, vous êtes fiers de vous ? Vous ne devriez pas. Regardons votre iPod, votre iPhone, votre iTunes et, éventuellement, votre platine. Que de la merde. Elle est où votre singularité, celle qu’on vous enviait. Elle est où votre différence, cette trace qui reste attachée dans la mémoire des gens, comme votre caractéristique, mais qui n’est plus qu’un souvenir, une idée fausse? Un vestige, une fouille archéologique. Elle est où ? DTC. À trop vouloir vous assimiler — ça peut se comprendre à certains points de vue — vous vous êtes complètement dissous, à tous les niveaux, y compris musicalement. L’intégration à ce prix-là, non merci. N’oubliez pas que vous êtes des individus aussi.

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter