137
— You better work
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

C'est la rentrée. Une rentrée qui s'annonce hyper décevante politiquement, on hésitait entre la colère et l'ennui. Il y a un million de choses à faire, et on ne voit rien venir, ni à Bruxelles, ni à Paris. Pour aujourd'hui, a choisi l'irritation, quitte à se mettre en colère bientôt s'il le faut. On commence avec Laurent Chambon qui lance ses exigences au nouveau gouvernement (les gouvernements des autres pays ont le droit de copier), on continue avec Didier Lestrade qui se demande si on ne va pas encore perdre dix ans comme sous Chirac, et on finit par la deuxième moitié du magnifique texte de Hélène Hazera sur Karima. Comme le dit RuPaul, notre mère patronnesse, « I have one thing to say: you better work ! » ()

barre de séparation

Mes exigences pour le nouveau quinquennat

par Laurent Chambon - Dimanche 02 septembre 2012

J’étais content que François Hollande ait été élu président. Non pas que je l’adore ou que je le trouve sexy, mais je ne supportais plus Nicolas Sarkozy, sa personnalité, ses amis, ce qu’il représente. Je savais que le PS n’a tiré aucune leçon de ses défaites précédentes et qu’il attendait que l’UMP succombe de ses propres fautes, il n’empêche que ces premiers mois de gouvernement socialiste ont été très décevants. Ma liste Made in Minorités de choses à exiger rapidement.

[Lire la suite]

barre de séparation

LGBT : une rentrée sous le signe de la pauvreté

par Didier Lestrade - Dimanche 02 septembre 2012

Finalement, François Hollande était vraiment le président idéal des personnes LGBTQIpKfC§*. Il est tellement bonhomme que c'est la version hétéro de Bertrand Delanoë et comme ce dernier reste toujours le favori des gays, même s'il ne fait pas grand chose pour ces derniers, nous avons une idée très précise de ce que va être ce quinquennat pour les folles: une pilule de Xanax tous les jours. 

[Lire la suite]

barre de séparation

Karima, toujours devant mes yeux (2)

par Hélène Hazera - Dimanche 02 septembre 2012

Résumé de la première partie : Hélène rencontre Karima à Pigalle au milieu des années 70. Karima ne se remit jamais de la mort de Pierre, son copain braqueur, tué devant elle à Marseille. Après un passage en Thaïlande et en Algérie, elle se retrouve à Paris, puis part pour Marseille.

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter