131
— La disparition
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

Cette semaine, nous vous offrons une revue n°131 consacrée à la disparition. On ne va pas parler de vos clefs ou de la télécommande, mais de choses plus abstraites. Tout d'abord avec un article de Christelle Nadia Fotso sur la disparition dans l'affaire DSK 1 de l'humanité de Diallo, réduite au statut de chauffe-pénis. Ensuite avec une analyse de Laurent Chambon sur la disparition du travail et des structures politiques centralisées. Et enfin avec un texte de Didier Lestrade sur la disparition orchestrée de l'affaire Descoing. ♫ Spring of Life

barre de séparation

La Blondeur de la Femme africaine

par Christelle Nadia Fotso - Dimanche 03 juin 2012

L’Affaire du Sofitel, celle qui fit connaître au monde Nafissatou Diallo tout en faisant tomber Dominique Strauss Kahn, n’a réellement d’intérêt, dans le sens qu’elle met la lumière sur des choses qui existent mais qui sont niées, que si la version de ce dernier est la plus proche de la vérité à savoir qu’il n’y a pas eu viol mais une relation consentie entre deux adultes consentants. Si DSK dit la vérité, il faut bien se poser la question de savoir ce qu’il a vu en Diallo pour penser qu’il était possible de lui demander ce qu’il lui a demandé, ou d’accepter ce qu’elle lui a offert sans rien perdre alors qu’il avait tellement à perdre puisqu’on le sait aujourd’hui: il en avait trop à cacher. Qu’est qui a donc pu convaincre DSK, libertin intelligent et expert dans l’art de garder l’aspect le moins glamour de sa vie privée hors des médias, qu’une femme de chambre d’un hôtel à New York pouvait le satisfaire sans risques pour lui ? La réponse est toute simple, elle est peut- être scabreuse mais elle va de soi : Nafissatou Diallo était une être en soi, une de ses femmes avec lesquelles on ne risque rien en étant rustre et bestial puisqu’elles sont des objets, des réchauffes-pénis, et surtout des folles de sexe. 

[Lire la suite]

barre de séparation

La mort de l’économie et du travail

par Laurent Chambon - Dimanche 03 juin 2012

Le nouveau président français a créé un ministère du redressement productif. Certains y placent beaucoup d’espoir, beaucoup se moquent des mots choisis et du flou de la fonction. Pourtant, l’Occident est en train de vivre un changement économique et politique majeur qui affecte désormais toutes les classes sociales. Plutôt que de se moquer, il est temps de se poser les bonnes questions. En particulier celle-ci : y a-t-il encore du travail pour les humains ?

[Lire la suite]

barre de séparation

Le Pschitttt de Descoings

par Didier Lestrade - Dimanche 03 juin 2012

C'est donc un non-évènement. L'information s'est toujours construite, depuis toujours, à travers les silences entre les mots des news téléguidées. Tout est dans l'ordre de l'expression. Dans la multitude de ces articles qui clôturent volontairement le dossier, il y a cette autorité diffuse des médias qui décrètent que c'est fini, il n'y a plus rien à dire. Les médias, qui réfléchissent beaucoup à la formulation de ces injonctions, vous disent : « Circulez, il n'y a rien à voir ». D'habitude, c'est la police qui dit ça.

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter