125
— Radikalizm
Photo par Fabien Lamotte et Pierre-Jean Lamy.

On pensait que cette campagne électorale, en pleine crise de civilisation, allait apporter de nouvelles idées. Et bien non : même socialisme productiviste de droite, même droite d'extrême droite islamophobe, même extrême droite qui se dit de gauche mais vraiment libérale comme Wilders et Kjærsgaard. On baille. Donc on vous offre cette semaine ce qu'on aurait aimé lire ailleurs. On commence avec un texte hyperdocumenté de David Auerback Chiffrin sur Merah, avec ensuite un texte sur ce qui s'est passé à l'ULB avec Caroline Fourest, suivi d'un autre de Larry Kramer sur les 25 ans d'Act Up. Et on finit, hors revue, avec deux articles et demi sur l'outing posthume de Richard Descoing, un premier par Shahin Vallée, un autre par Patrick Thévenin, et en bonus, le moment Descoing en 60 phrases par Didier Lestrade. ♫ Wake up

barre de séparation

Merah, texte et contexte

par David Auerbach Chiffrin - Vendredi 06 avril 2012

Dans un paroxysme de sadisme et de racisme, Mohammed Merah aurait (présomption d’innocence oblige) tué sept personnes, dont une fillette et deux garçonnets juifs, au nom des enfants palestinienNEs tuéEs par l’État d’Israël en Cisjordanie et à Gaza. Aucune revendication ne saurait justifier les meurtres de Toulouse et Montauban, mais est-ce une raison pour occulter celle-ci, comme s’il s’agissait d’un tabou ou d’un sujet déjà connu et résolu ? Le conflit israélo-palestinien n’est ni connu, ni résolu : constitue-t-il un tabou ? Il est inquiétant qu’aucun débat public n’éclaire la façon dont il a pu résonner dans l’esprit dérangé d’un jeune Français d’origine algérienne, alors même que la France refuse de commémorer le cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie (souhaitant sans doute éviter la publicité sur les crimes sadiques et racistes qu’elle-même a commis lors de cette guerre ou, ensuite, sur la base des leçons qu’elle en a tirées en matière de promotion universelle de la torture). Aussi pénible ou délicat soit-il, le débat est la seule façon authentiquement civilisée de prévenir l’irruption de la violence physique dans la Cité.

[Lire la suite]

barre de séparation

ULB : de la « burqa pride » à l’inquisition ?

par Didier Lestrade - Vendredi 06 avril 2012

Comme un certain nombre de personnalités, j'ai signé le texte que m'a proposée Kaoutar Boustani sur l'affaire Caroline Fourest à l'Université Libre de Bruxelles (ULB) du 7 février dernier. Cette tribune a déjà été publiée dans la presse belge et il mérite une diffisiion plus large. Pour plusieurs raisons, mais il y en a deux qui m'intéressent plus particulièrement. Je suis à 100% d'accord avec ce qui est écrit ici. D'abord, j'adore le titre car je crois que c'est la première fois qu'un lien est fait entre burqa pride et gay pride. J'ai déjà écrit que, à une époque où tout ce qui est musulman est source de stigmatisation, il serait largement temps que les Indigènes de la République, ou n'importe quel groupe, prenne l'initiative d'une Arab Pride. C'est le seul moyen pour faire descendre des centaines de milliers de personnes dans la rue afin de dire basta à ce racisme généralisé. Ensuite, ce que ce texte dénonce, c'est l'instrumentalisation systématique de Caroline Fourest à chaque fois qu'elle se trouve contredite. Non, intervenir dans une conférence pour manifester son désaccord n'est pas anti-démocratique. C'est au contraire la base de la démocratie. C'est le fondement même de l'activisme d'Act Up, par exemple. Caroline Fourest montre ici sa méconnaissance de ce type d'activisme radical puisque les zaps sont, par essence, une manière d'intervenir dans un cadre établi pour faire passer un message qui serait autrement étouffé. C'est dans l'histoire gay, elle devrait pourtant le savoir. Toute personne publique sait qu'elle risque, à tout moment, ce type de contradiction lors d'une conférence. Caroline Fourest croit qu'elle est au-dessus du lot. Elle se trompe. Et désormais, nous sommes bien décidés à lui dire ce que nous pensons, à chaque occasion. Voilà le message de ce texte.

[Lire la suite]

barre de séparation

Larry Kramer sur les 25 ans d'ACT UP

par Didier Lestrade - Samedi 07 avril 2012

ACT UP est mort, mais vive ACT UP. Larry Kramer a publié ce texte dans le Huffington Post le 28 mars dernier et il méritait une diffusion française. On est des fans, quoi.

[Lire la suite]

 
Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter