Charlie Hebdo vers un apartheid religieux

C'est tellement prévisible que c'en est risible. Il y a une semaine, je commençais ce texte sur l'affaire Charlie Hebdo et je me disais qu'il ne manquait plus qu'un dessin avec Mahomet et un homosexuel pour peaufiner l'OPA médiatique. Et quelques jours plus tard, tralala, comme par hasard, le dessin sort et Charlie Hebdo récolte le soutien de la presse gay, trop heureuse de tomber dans le piège. C'est désormais si facile de détourner l'attention homosexuelle que celle-ci ne se pose même plus la question de son instrumentalisation.

filet
Didier Lestrade

par Didier Lestrade - Samedi 12 novembre 2011

Journaliste, écrivain, co-fondateur d'Act Up Paris et de Têtu, Didier Lestrade a toujours été en dehors du placard, comme gay, comme séropositif ou comme activiste. On dit qu'il est méchant, en fait il dit juste ce qu'il pense.

filet

C'est tellement prévisible que c'en est risible. Il y a une semaine, je commençais ce texte sur l'affaire Charlie Hebdo et je me disais qu'il ne manquait plus qu'un dessin avec Mahomet et un homosexuel pour peaufiner l'OPA médiatique. Et quelques jours plus tard, tralala, comme par hasard, le dessin sort et Charlie Hebdo récolte le soutien de la presse gay, trop heureuse de tomber dans le piège. C'est désormais si facile de détourner l'attention homosexuelle que celle-ci ne se pose même plus la question de son instrumentalisation.

D

ans cette affaire, ce qui est flagrant, c'est à quel point notre petit village de résistants de la société française diminue. Notre expression se réduit à vue d'œil. Nous sommes coincés entre la droite et la gauche qui, finalement, ne s'entendent que sur une chose: le rejet de l'Islam. La réponse a été unanime, tous y sont allés de leur crédo sur la liberté de la presse comme si les bureaux des journalistes étaient plus sanctifiés qu'une église, une mosquée, une synagogue.

Charlie Hebdo est le seul magazine français à être connu et détesté à travers le monde par une partie du milliard de musulmans, ce qui n'est jamais bon pour le karma de quiconque, mais le magazine a finalement obtenu son statut de bible des antireligieux primaires. Heureusement qu'ils sont là pour défendre la majorité athée de notre pays (dont je fais partie) qui soufffffffffre tous les jours de cette insistance religieuse dans l'actualité. Comme le Front National, ils veulent revenir à la bonne France d'avant, quand le sujet de l'Islam n'existait même pas, quand on n'avait pas à se prendre la tête avec tout ça.

 

Sur fond de satire, Charlie Hebdo est le média d'un apartheid religieux moderne qui encourage tout le monde à mettre l'Islam au ban de toutes les sociétés occidentales, de l'attaquer dans les régions où il a toujours été présent et de le narguer même dans les pays où il ne pose pas de problème particulier. Chaque jour, les musulmans et ceux qui les entourent reçoivent des skuds symboliques venant de tous les pays et en France, on a créé le cordon sanitaire de la mort avec l'ensemble la classe politique et culturelle qui a soutenu Charlie Hebdo dans le documentaire C'est dur d'être aimé par des cons. Comment la gauche et la droite se retrouvent rassemblées dans un message anti-Islam, c'est grâce à l'intrigue. Les carrières de Philippe Val et Caroline Fourest ont monté en grade, comme celles de toutes les personnes qui ont tiré profit de ce matraquage contre une minorité de notre pays et un milliard (and counting) de personnes sur la planète.

 

 

Un pédé et un musulman

Tiens on n'y avait pas pensé...

 

On se disait: avec le printemps arabe, ils vont arrêter de taper sur les musulmans, les tables vont un peu tourner, la crise économique est l'urgence N°1, et tout le monde voit que le discours de Fourest sur l'Islam est le même que celui de Marine Le Pen,  et tout le monde espère que Val sera plombé par la chute de Sarko. Mais non. Il faut reprendre la main. Et Charlie Hebdo est là pour en remettre une couche, et tout le monde s'insurge. Grâce à la charia, on met tous les problèmes du pays sur les arabes, encore une fois.

 

Pour en revenir à l'angle gay et le dessin qui montre le prophète avec un homosexuel, il faudrait clairement signifier à Charlie Hebdo que l'on n'attend pas qu'ils défendent les droits des LGBT, même face à la charia. En tant que gay, je défie Charlie Hebdo de dire quoi que ce soit sur ma condition ou mon identité ou mes aspirations politiques. Nous en avons déjà marre de voir notre parole usurpée par les Caroline Fourest, les Macé-Scaron et les Jean-Luc Romero qui se placent dans des carrières éminemment politiques sur le dos du milieu associatif LGBT qui n'est pas capable de plébisciter ses propres leaders. Et sur la question de l'Islam et des musulmans, c'est toujours la même perversion que l'on nous impose à chaque fois que ces « leaders » autoproclamés s'invitent sur les plateaux télévisés. Il y en a une qui est lesbienne et qui utilise cette position pour développer un discours nocif face aux musulmans; il y en a un autre qui a fait son coming-out sur le tard et qui utilise cette honte pour parler à notre place; et il y en a un dernier qui collectionne les titres de fonction à tel point qu'il est l'exemple type du cumulard qu'on a déjà plus envie de voir.

 

Et le texte de Mysterious Scow dans Minorités en rajoute une couche sur l'incompréhension gay face à Charlie Hebdo et les mosquées. Finalement, le discours est le même que celui que portaient certains leaders LGBT il y a dix ans sur le mariage gay. À l'époque, ils disaient : « On s'en fiche du mariage gay, on n'a pas envie de singer les hétéros ». Mysterious Scow dit, lui: « On n'a pas besoin de mosquées ». Mais il faut leur rappeler sans cesse qu'on ne leur demande pas s'ils ont besoin du mariage gay et des mosquées, on leur demande d'exiger la possibilité d'avoir le choix de se marier ou d'avoir une mosquée à côté de chez soi. Un gay qui dit: « Moi le mariage je m'en fous » empêche les autres gays de se marier, c'est aussi simple que ça. Et quand un musulman dit: « Je n'ai pas besoin de mosquée », il empêche les autres musulmans d'aller prier dans une mosquée digne de ce nom. Il ne s'agit pas d'un souhait, il s'agit d'un droit.

 

Et le pouvoir politique, de droite ou de gauche, se régale de cette cécité politique. C'est pour ça que le mariage gay n'existe pas en France alors qu'il est entré dans les mœurs de nos pays voisins. C'est pourquoi la mosquée de Marseille n'est toujours pas construite  et toutes les autres idem et que les musulmans de France, la deuxième religion du pays, vivent une situation d'apartheid religieux et prient dans les rues et les parkings. Charlie Hebdo, c'est tout ça dans un seul magazine. Une mosquée brûle pour la deuxième fois consécutive à Montbéliard, mais Charlie Hebdo ne dit rien. Quand les bureaux du journal brulent, on accuse tout de suite les musulmans et cela fait l'ouverture du Journal de 20h de TF1. Au même moment où la Grèce fait l'ouverture de tous les autres journaux télévisés, super.

 

 

Tolérance... not.

 

Ce qui est grave, c'est qu'on est entré dans une période de détestation des croyances. Finalement, en tant que Blancs, nous ne savons rien des religions des autres pays de la terre. On a toujours pensé que ce n'était pas intéressant, que c'était méprisable, qu'on pouvait vivre sans avoir à se « prendre la tête » sur ça. Mais cela ne nous autorise pas à être à ce point ignares des croyances des personnes qui viennent vivre dans nos pays. Vous croyez que vous allez traverser cette crise de l'immigration sans faire un effort? C'est aux immigrés d'apprendre la langue? Oui d'accord, alors pourquoi n'avez-vous pas offert l'éducation à la première génération des maghrébins des années 50 et 60? A l'époque, ça ne gênait personne, du moment où ils comprenaient les ordres de travail qu'on leur donnait, ça suffisait.

 

Charlie Hebdo, c'est le symbole de l'injustice de ce pays face à des millions de musulmans et cette affaire impacte notre histoire commune face à tout ce passif colonial qui s'approche de nous sans préparation, avec le 50ème anniversaire de l'indépendance de l'Algérie pour le mois de juillet 2012. Les ancètres de Mysterious Scow ont été affamés, privés de droits et tués lors de la colonisation française et cinquante ans après, on leur impose ici une privation de droits qui consiste à ne pas pouvoir prier, s'ils le veulent ou pas, dans un lieu de culte décent. Et c'est le même Etat français qui leur refuse ce droit essentiel, exactement comme cet Etat français les a attaqués pendant la guerre la plus sauvage de notre histoire récente. Cela devrait être un sujet de révolte, ce n'est devenu qu'une  caricature qui provoque un record de vente. Ce n'est pas sur le dos de l'Islam que Charlie Hebdo vend du papier, c'est sur une injustice religieuse fondamentale qui récolte, comme par hasard, le soutien de Claude Guéant et du ministère de l'Intérieur. Et Libération qui héberge ce symbole de haine, en plus.

 

Bravo les mecs. Continuez. Moquez-vous.


Didier Lestrade

Imprimer

Enregistrer en PDF

Partager sur facebook

Partager cette article sur TwitterPartager sur Twitter

Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter