Muad'Dib double dip!

Le double dip, tout le monde sait ce que c'est, non ? C'est un deuxième plongeon en récession. C'est droit devant nous et même s'il n'est pas officiellement déclaré, la récession est déjà là, dans nos têtes. On l'a tous entérinée. Ce qui avait été envisagé avec crainte en 2008 se concrétise donc. Depuis hier soir, les télés étrangères comme Sky News annoncent  qu'il ne reste plus qu'un mois à l'Europe avant le plongeon complet dans l'inconnu.

filet
Didier Lestrade

par Didier Lestrade - Samedi 24 septembre 2011

Journaliste, écrivain, co-fondateur d'Act Up Paris et de Têtu, Didier Lestrade a toujours été en dehors du placard, comme gay, comme séropositif ou comme activiste. On dit qu'il est méchant, en fait il dit juste ce qu'il pense.

filet

Le double dip, tout le monde sait ce que c'est, non ? C'est un deuxième plongeon en récession. C'est droit devant nous et même s'il n'est pas officiellement déclaré, la récession est déjà là, dans nos têtes. On l'a tous entérinée. Ce qui avait été envisagé avec crainte en 2008 se concrétise donc. Depuis hier soir, les télés étrangères comme Sky News annoncent  qu'il ne reste plus qu'un mois à l'Europe avant le plongeon complet dans l'inconnu.

V

isiblement, personne ne se presse et tout le monde attend d'être au bord du précipice pour que l'Europe décide quelque chose, à ce stade n'importe quoi. Certains disent que c'est ainsi que l'Europe prend ses meilleures décisions. Super! En retombant sur un « vieux" numéro des Echos du 9 août dernier qui traîne à côté de mon lit, François Hollande disait que l'Europe intervenait « toujours trop tard et trop peu ». Un mois plus tard, le 10 septembre, l'expression est reprise par DSK pendant un des « moments intenses » de sa première intervention à la télé française. Si les bons mots des candidats à la présidentielles sont désormais volés par DSK, ça promet...

Il reste donc 40 jours avant le prochain sommet du G20 à Cannes. Pendant ce temps, la Bourse va continuer à perdre comme encore hier, des milliards vont disparaître à cause de ces banquiers qu'il faut encore sauver alors qu'il faudrait les brûler. Le même numéro des Echos (décidément) rappelait qu'un économiste de Citigroup avait jugé dans le Wall Street Journal « irresponsable la décision d'envoyer les parlement nationaux en vacances » cet été. L'article précisait que Barrosso avait regretté au même moment que les Parlements européens soient partis sur les plages avant de ratifier le second plan de sauvetage de la Grèce. Nous sommes fin septembre et ce plan n'est toujours pas ratifié. Rien n'est prêt en fait. Ce sont des poules sans têtes qui courent dans tous les sens.

 

Un ami assistant parlementaire me disait que le temps politique n'est pas le même que le temps économique. Super. On la connait désormais par cœur, cette phrase, c'est celle qu'on utilise quand on part de Paris en pleine crise pour se la couler douce dans le Lubéron. Pendant ce temps, on a passé un été comme d'habitude, avec des sujets toujours plus idiots les uns que les autres à la télé et dans les médias, tiens un gosse qui disparaît à Trifouillis-les-Oies et ça fait l'ouverture du JT alors que Kadhafi est devenu le nouveau Ben Laden et qu'on ne sait pas où il est[1], et le gosse disparu on le retrouve 5 heures après, attachez-les dans le jardin bordel. C'est vamos a la playa pour tout le monde, Obama s'amuse à Camp David car il faut rassurer les places boursières, surtout après la « punition » des marchés suite à la perte de la note AAA des USA, Cameron part en Toscane et ça ne lui a pas réussi avec les émeutes de Londres, Sarko au Cap Nègre quand le monde entier bascule dans le Nimportnawak bancaire.

 

Et on nous emmerde pendant 4 jours solides avec le mariage du siècle à Monaco et la « princesse triste » comme on l'appelle, bien oui, c'est ce qui se passe quand on se marie avec une folle, enfin ça se voyait non? Je ne suis pas très érudit question mariage, mais il fallait lui donner une demi ecsta à ce mec, il aurait moins fait la gueule. Et tous les soirs, soir après soir, cet exercice de comparer ce qui se dit sur BBC, Al Jazeera, Sky News, France 24, CNN, et les autres chaînes, BFM, Euronews, LCI et i-Télé (heu là non en fait c'est que du sport) et après la descente infernale vers TF1 et France 2 où l'on esquive tous les sujets traités à travers le monde. Et on réalise : chaque grand évènement est un non évènement. Chaque grande magouille médiatique sensée faire diversion ne fait plus diversion. La diversion n'arrive même pas à fonctionner. En France, les gens s'en branlent. L'été a été pourri ? Ben OK ça arrive ! Le 11 septembre ? Boring ! DSK ? Tellement prévisible! Chirac relaxé ? Quelle surprise ! Les primaires au PS ? Ah, c'est pas déjà passé ? Parce qu'on n'a pas encore senti le buzz monter là. Le rugby ? C'est le truc gay pour Tumblr ? Sur tous les sujets, les gens sont déçus.

 

Tout le monde est parti en vacances en faisant comme si de rien n'était, en se disant qu'à la rentrée il y aurait du nouveau. Quelque chose de concret. Le temps politique parviendrait à rattraper le temps économique. LMAO. Il reste désormais 30 jours et d'ici là le double dip sera officiel, la récession sera là parce que le troisième trimestre 2011 sera économiquement mauvais et entraînera un mauvais dernier trimestre et chaque jour qui passe nous perdons des sommes hallucinantes et les gens qui gouvernent ne font rien. Obama dit non, Netanyahou dit non, Merkel dit non, Sarko dit oui donc ça veut dire non, le Japon dit non mais on l'a déjà oublié de toute manière, la Somalie dit oui et en fait non et tout le monde laisse tomber et les troubadours du doom et du gloom sont de retour, 3 ans après 2008. Roubini for ever !

 

Et tout ce joli monde aura ses élections en 2012. La France. L'Espagne. Israël. Les USA. On est vraiment dans la merde. Personne ne sera réélu, ou alors avec des cohabitations d'extrême droite, donc nouvelle donne à travers le globe. Et le temps politique ne va sûrement pas rejoindre le temps économique, avec toutes ces législatives à organiser dans tous ces pays, une vacance du pouvoir qui dure éternellement comme ce qui s'est passé après l'élection d'Obama quand toute son administration a mis 6 mois pour entrer dans ses bureaux à Washington. Elections et récession mondiale, le whooper des situations dangereuses. 

 

Et vous savez quoi? Un dernier truc dont personne n'ose encore parler. Il y a un autre évènement en 2012 qui va s'ajouter au bazar ambiant, comme si on avait besoin de ça. L'indépendance de l'Algérie. Eh oui, c'est le cinquantenaire! Youpi non ? Avec tous ces pieds-noirs qui sont en train de s'organiser en ce moment même pour nous rappeler le legs positif de la colonisation et exarber encore plus l'islamophobie. En pleine révolution arabe! On va en baver, de l'Algérie française !

 

2012. Exactement comme le célèbre épisode de South Park. Le choix entre élire une poire à lavement et un sandwich au caca. En pleine récession. Le choix va être cornélien.


Didier Lestrade

Notes

[1] Vous vous rappelez en 2003 quand ils ont envahi l'Irak et qu'on nous disait sans arrêt que les radars militaires étaient désormais si précis qu'on pouvait voir un homme depuis l'espace ? Ben, presque 10 ans plus tard, personne n'a vu le convoi de Kadhafi qui se promène de ci de là, avec toute sa smala en plus, à découvert dans le désert.

Imprimer

Enregistrer en PDF

Partager sur facebook

Partager cette article sur TwitterPartager sur Twitter

Restez dans la boucle

FacebookRetrouvez Minorités sur Facebook

TwitterSuivez Minorités sur Twitter